• Cécile Hontoy

Le temps du changement et de la transformation vers l'âge adulte.

Votre enfant change. Vous le ressentez comme grandi mais aussi souvent comme mal dans sa peau. D'ailleurs comment pourrait-il être bien dans ce corps avec des bras trop longs, des jambes trop courtes et souvent des boutons fleurissant dans sa figure?


Et puis, il est plus souvent dans la lune. Il demande davantage à être seul.

Mais que fait-il quand il est seul? Il se plonge dans l'univers des réseaux sociaux. Que cherche-t-il? Rien et tout en même temps, un passe temps. C'est qu'il est entre deux âges et qu'il s'ennuie. Il ne peut être un enfant, il ne le veut pas non plus. Il n'est pas encore un adulte. Il dépend de vous pour sa liberté!


Le temps de l'adolescence est le temps du changement et de la profonde transformation vers l'âge adulte. Je ne veux pas me faire l'avocat du diable, car parfois ils en deviennent diables, mais pourrait-on tenter de comprendre davantage nos ados? Ils n'ont d'ailleurs besoin que de notre compréhension pour prendre, comme on le dit, le bon chemin!

Si la rupture est un concept qui évoque une cassure brutale et définitive d’avec un état ou d’une situation antérieure, alors nous pouvons avancer que les poussées pubertaires de l’adolescence sont un processus physiologique de cet ordre. Cependant, sur le plan psychique bien au contraire, ce bouleversement ne s’inscrit pas comme une fin mais comme un mouvement de reviviscence des conflits psychoaffectifs et sexuels de la première enfance. C’est une occasion de les retrouver pour les articuler de façon structurante aux grands enjeux affectifs, identitaires et sociaux de l’adolescence. Le concept de rupture à l’adolescence


Ce post ne prétend pas vous décrire de long en large les transformations qui surviennent à l'adolescence. Mais, puisqu'il s'agit d'un passage obligé, d'une rupture physiologique, et d'une recherche identitaire, nous pouvons comprendre que la patience, la présence, l'écoute, le conseil judicieux, l'invitation à la parole, sont autant d'attitudes positives pour soutenir nos jeunes.


Les événements de notre époque sont catastrophiques, mais ce qui est plus désastreux encore c'est le peu de place que nous réservons à nos adolescents! Dans les sociétés anciennes, cet âge était vénéré! Le jeune subissait des initiations (dites spirituelles car différentes des événements communs) qui l'aidaient, le soutenaient dans son deuil de l'enfance et son passage à la maturité. Tous les gens de sa communauté l'accompagnaient dans ce sens!


Aujourd'hui, cet âge est laissé à lui-même! Bien chanceux les jeunes dont les parents comprennent la nécessité d'accompagnement dans des activités de défis demandant effort juste, discipline et ouverture au sens réel de la vie!


Encore plus chanceux ceux qui ont la chance de rencontrer des mentors, des suivis avec des enseignants, des adultes en éducations compatissants, aidants et compréhensifs.


Le changement physiologique entraîne à l'anxiété et l'angoisse de vivre!

" Le corps que l'on a reflète aussi le corps que l'on est."

Les changements physiologistes de l'adolescence sont une vraie rupture avec le corps que l'on avait. Le jeune pubère ne se reconnaît pas dans le miroir. Il lui faut du temps pour assimiler les résultats hormonaux comme la barbe, les poils, les boutons et j'en passe! Ne trouvez-vous pas qu'il a vraiment besoin de votre sage présence, comme de vos souvenirs car vous aussi vous avez traversé un jour ce passage difficile de la vie.


Quelles ont été vos ressources? Comment avez-vous fait pour accepter ce changement physiologique drastique ? Qu'est ce qui vous a manqué?


Une jeune femme que je suis depuis deux ans me disaient que mon coaching avait défait d'elle les croyances néfastes rencontrées lors de ces longs moments d'ennuis passés sur les réseaux sociaux! Lorsqu'elle m'a raconté ce qu'elle regardait et écoutait pour passer le temps, j'ai été non seulement surprise mais un rien horrifiée!


Voici donc 7 conseils les plus importants parmi les innombrables que je donne en coaching familial.

  1. Votre enfant est-il encore votre héros numéro un? Tenter de le garder dans cette position.

  2. Êtes-vous capables de rester positif devant ses comportements parfois anti-sociaux? Tenter de le rester.

  3. Vous ressentez-vous rejetés par votre enfant? Tentez de vous ressentir plutôt en questionnement relationnel. Apprenez à communiquer autrement pour le rejoindre là où il est. Après tout c'est bien vous l'adulte!

  4. Faîtes-vous de la comparaison non objective? Comparez-vous votre enfant avec celui du voisin qui lui est bien mieux parce qu'il écoute! Arrêtez immédiatement. Votre enfant comme tous les êtres est unique et sa manière de se comporter et de faire ses choix tout autant.

  5. Faîtes-vous de la comparaison non objective? Comparez-vous votre enfant avec celui du voisin qui lui est bien mieux parce qu'il écoute! Arrêtez immédiatement. Votre enfant comme tous les êtres est unique a sa manière de se comporter et de faire ses choix tout autant.

  6. Vantez-vous votre enfant devant les autres en argumentant sur des faits qu'il n'a jamais vécus! Ne mentez pas. Votre enfant sait ce qui est bien et mal. Il peut prendre votre faux compliment comme une honte cachée.

  7. Avez-vous une activité spéciale avec votre enfant au moins une fois par mois? Si non trouvez ce qui lui ferait plaisir de faire avec vous.

Enfin, si vous perdez pieds, êtes vous capables de mettre de saines limites et surtout de consulter pour le bien de toute votre famille?


Cécile Hontoy, coach solutions

40 ans de carrière en enseignement, en coaching

Adultes, enfants, adolescents, familles.

Tél: 450-601-4169

purushahontoy@hotmail.com

www. votre thérapiecoaching.com



6 vues0 commentaire