• Cécile Hontoy

Quand le dragon s'éveille

Dernière mise à jour : 25 janv. 2021

L’énergie de nos adolescents semble dévastatrice !

Voici comment une de mes clientes s'exprime sur son adolescente :


- Elle est en colère pour rien ! Elle boude ! Je ne sais même pas pourquoi! Elle claque les portes ! Parfois, elle disparaît chez une amie pour 24 h. Je me demande qu’est-ce que cela peut changer? La maman de cette amie est comme moi, dépassée par les événements !



Voici les commentaires de Jacques, papa d’un adolescent de 15 ans :

- J’essaie de lui parler le matin. Il tourne la tête, bougonne, marmonne quelque chose, prend son sac d’école, ouvre la porte, claque la porte et s’en va!

Qu’est -ce que je peux faire d’autre?

J’ai l’impression que notre communication est à zéro !

Dire qu’il y a à peine deux ans, on se tirait la balle au baseball!


La thérapeute-coach écoute ces commentaires et continue à sourire malgré tout. L’adolescence est une étape servant à traverser son moyen-âge intérieur !


Car les adolescents n’ont pas changé ! Même si le monde a basculé dans la vitesse stress, la nourriture stress, la musique stress, le couple parental stress et les films d’horreur tellement semblables qu’ils n’en font même plus peur! Les adolescents et adolescentes cherchent la même chose qu'à toutes les époques : une voie pacifique pour dompter le feu de leur dragon intérieur!


Il suffit que je me plonge dans mon propre passé pour me souvenir qu’à 16 ans, j’ai écrit une dizaine de lettres d’adieu à mes parents, à mes professeurs et à mes ennemis jurés de la cour d’école !

Je crois même que je m’en suis écrite une à moi-même!

Je pensais, dans ces temps-là, que m'immerger dans l'eau éteindrait à jamais ce feu dévorant qui me faisait mal à l'intérieur ! Mais dès que je mettais le pied dans le lac ou la rivière, je trouvais que l'élément était ou bien trop froid, ou bien trop bas, ou bien simplement pas au bon endroit !

Et je remettais mon plan funeste au lendemain !

Vous arrive-t-il de vous souvenir de votre premier amour, de votre première détresse, de vos rêves d’adolescent/e?

Aujourd’hui, thérapeute-coach pour les adolescents et enseignante en enfance exceptionnelle, j'ai rencontré de nombreux adolescents et j’ai évidemment mieux compris l’adolescence. Des plus timides, aux plus téméraires, des plus anxieux aux plus volontaires, avec toutes les nuances entre les deux, ils/elles cherchent une manière d'exprimer ce feu de dragon étranger à leur vie d'enfance qu'ils/elles ne comprennent donc pas !

J’en arrive à la conclusion qu’ils sont comme moi j’étais ! Cependant, ils vivent dans un autre monde. Et c’est peut-être ce monde à l’instar de nos adolescents, qu’il nous faut, en tant qu’adulte, questionner avec eux.


Pour alimenter votre propre réflexion, je vous propose 4 pistes de compréhension de l'adolescence :


1. Nous remarquons davantage les comportements atypiques de nos adolescents car nous y portons plus attention que nos parents, grands parents et arrière grands parents!

Dans les familles de 5 à 18 enfants et survivant souverainement aux mamelles de la misère, nos parents et grands parents n’avaient que très peu de temps à accorder à leurs rejetons! Par ailleurs, ces mêmes rejetons ne restaient pas des heures à ne rien faire, évachés dans un fauteuil mou, à regarder des mondes irréalistes au travers d’une télévision ou d’un iPad modernes. Au contraire, ils travaillaient durs, de leur corps et muscles, sur des industries fermières le plus souvent familiales ! Et ils travaillaient au grand air!

C’est déjà tout vous dire!


2. Alors que dans mon temps, la moralité avait une saveur d’évangélisation catholique et de péchés noircis aux charbons des enfers promis si on ne faisait pas comme tout le monde, notre modernité permet, par son vide autant moral que religieux, le défi d’un développement moral personnel et libre!

L’adolescent, épris de lui-même, apprend à jouer de sa propre harpe émotionnelle ! Chaque expérience lui permet d’ajuster ses réponses et de gagner en confiance et reconnaissance personnelle ! Bien guidé, par des éducateurs, mentors, parents aux règlements justes, il apprend à remplacer son inertie anxieuse par le goût épique du dépassement, l’envie magique de la conquête de soi et la nécessité de reconnaître les autres!!

3. L’instinct de destruction que l’on connaît chez les enfants comme chez les adolescents réside aussi (l’avons-nous oublié?) dans la psyché bien caché des adultes! Il en faut peu aujourd’hui pour que la violence ait un écho désastreux entre deux adultes parents !

La violence entre les deux parents, dans certains foyers, est une source d’anxiété et de traumatismes chez le jeune.


4. Les séparations, aujourd’hui, sont choses courantes. La femme et l’homme vivent plus en solitaires qu’avant. Non seulement leur vie reste vide d’amour, mais leur charge familiale comme l’élevage de un, deux ou trois rejetons en est devenue plus ardue, fatigante, éreintante.

La conséquence est que la discipline est souvent délaissée au profit d’une culture relationnelle bonace à la prétention de: "Moi, ton parent, je suis ton ami/e pour toujours!"

Mais le jeune, comme le démontrent les recherches, a besoin d’être éduqué avant d’être l’ami de son parent, souvent, dans ce contexte de solitude, en mal d’amour lui-même.


Aux regards de ces 4 prises de consciences évolutives, puisqu'il ne fait pas de doute que l’adolescence est un passage, nous devons nous interroger sur notre manière de l'aborder.


Les tribus anciennes lançaient des défis à leurs jeunes. Après quoi, ils pouvaient intégrer la hutte des adultes.


Qu’attendons-nous, comme éducateurs, parents, thérapeutes-coachs pour activer notre créativité et inventer de nouveaux rituels de passages adaptés à la vie d’aujourd’hui et bénéfiques sur tous les plans pour nos adolescents?

28 vues0 commentaire