top of page
  • Photo du rédacteurCécile Hontoy

LE DEUIL CHEZ L'ENFANT ET l'ADOLESCENT


L'expérience du deuil, le départ d'un être cher et parfois même d'un animal de compagnie chéri, est plus difficile à vivre que nous le pensons pour les jeunes.

Non seulement la perte se transforme souvent en anxiété de séparation mais en plus, elle est difficile à dire. Le jeune n'a pas nécessairement le vocabulaire pour exprimer cette émotion bouleversante.



Malheureusement la mort est tabou dans notre société moderne. Par ailleurs, lorsque en tant qu'adulte nous vivons nous mêmes le deuil, nous avons peut-être parfois ou souvent tendance à ne pas en parler avec le jeune, à le tenir à l'écart, à l'isoler. Ce n'est certainement pas pour mal faire. C'est davantage pour tenter d'éviter qu'il ait du chagrin, de la peine. C'est aussi parce que nous ne savons pas comment lui en parler ou le consoler.


Comment aborder le sujet de la perte de notre mère qui s'avère pour lui être la mort de sa grand mère ? Comment parler d'un deuil et du deuil aux enfants ?

En effet, le très jeune enfant, par exemple, n'a aucune idée de la mort. En cas de décès d'un être aimé, il vit cependant le drame d'un manque d'attention, d'un manque de réconfort sans compter une coupure d'un lien d'attachement souvent positif.


  • Je m'appelle Charles, J'ai 4 ans. Maman m'a dit que mon papa était mort pour toujours. Je m'ennuie. Cela fait longtemps qu'il est mort ! Il serait le temps qu'il revienne! Quand je m'ennuie je pleure beaucoup, je pleure très fort mais pas longtemps. Ensuite, je vais jouer. ( tiré de Madame Hélène Ouellet ( ministère de la santé et des services sociaux du Québec)


Pour un jeune enfant, le ressenti de la perte se fait ressentir comme une blessure d'abandon.


Je reçois en privé les jeunes qui vivent un deuil. J'utilise le jeu de sable comme outil. Cet outil est puissant car il permet la parole par le geste et l'imaginaire. Ces jeunes enterrent ou brûle symboliquement le personnage décédé qui les hante. Le soulagement est alors automatique. Ils peuvent ainsi passer à autre chose. Ils deviennent résilients.


Comment reconnaître que votre enfant subit les affres du deuil ?

Le fait qu'il y ait régression notamment, que le jeune enfant recommence à faire pipi au lit par exemple, ou encore qu'il se mette à sucer son pouce ou à jouer au bébé. On sait également que l'anxiété d'un deuil se démontre par des maux de ventre, du stress et des cauchemars.

Parfois, il peut aussi vous poser des questions semblant absurdes comme celle-ci:

-Maman, est ce que mamie va bien ?


Consulter sans tarder pour lui faire du Bien .

Cécile Hontoy








134 vues0 commentaire

Comments


bottom of page